Favorisons la biodiversité à La Chapelle sur Erdre

Intervention de Noëlle Corno lors du Conseil Municipal du 21 décembre 2017

La Chapelle-sur-Erdre bénéficie d’un patrimoine arboré particulièrement abondant, notamment dans les vallées qui structurent son territoire. Cependant l’aménagement foncier, dont les travaux connexes sont en cours, modifie assez profondément ce paysage.

Des travaux de replantations sont engagés, dont une partie sur des talus, ce qui permet de bénéficier d’un financement supérieur du Conseil Départemental. La réalisation de ces aménagements n’a rien à voir avec ce qu’elle devrait être : les talus sont trop petits, les feutres de protection ne sont pas fixés. Nous étions intervenus, lors du Conseil municipal de mai dernier, sur le choix de l’entreprise retenue, pour laquelle nous émettions des réserves.

Par la suite, lors du Conseil municipal de septembre, nous avions demandé des précisions sur les travaux de défrichement de parcelles boisées et d’arrachage de haies. Nous commençons à voir l’impact de ces travaux sur le paysage et la biodiversité. Je citerai simplement 2 exemples pour en illustrer les conséquences :

  • La suppression des arbres dans les parcelles en bordure de la route d’Orvault (RD75), un peu après la route de la Gergaudière, crée une discontinuité dans la lisière arborée préjudiciable à la qualité paysagère sans avoir un intérêt significatif pour l’activité agricole.
  • La destruction systématique de toute végétation arbustive sur le secteur de Mouline a induit des conséquences très importantes sur les populations d’oiseaux, dont certaines espèces rares et menacées. Nous avons été alertés par la LPO à ce sujet.

Nous sommes favorables aux travaux de replantations prévus à la suite de l’aménagement foncier mais nous regrettons vivement que les associations naturalistes n’aient pas eu réellement leur mot à dire dans la programmation des travaux connexes et nous demandons que des dispositions soient prises à l’avenir pour corriger cette carence.

Ce contenu a été publié dans 12 décembre 2017, Environnement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.