Plantons des arbres : peut mieux faire !

Intervention de Katell Andromaque lors du Conseil Municipal du 12 novembre 2018

Tout d’abord nous avions alerté lors d’un conseil précédent sur le choix de l’entreprise chargée d’effectuer les plantations. Nous avions des craintes compte tenu de la spécialisation de cette entreprise dans la création des terrains de sport, synthétiques notamment.

Quelques constats :

  • Les plantations sur talus ont été effectuées sur des talus beaucoup trop petits pour avoir les effets attendus en matière de régulation hydraulique et d’espaces favorables à la biodiversité. Des apports de terre auraient été nécessaires en plus de celle qui a été prélevée sur les parcelles.

  • La fixation des feutres de paillage a laissé à désirer. Des corrections ont cependant été apportées.

Nous avons effectué des observations sur deux sites ; il en ressort les éléments suivants :

  • Un taux de mortalité assez important (10% sur l’un et 21 % sur l’autre).

  • Un nombre d’espèces assez important mais qui ne tient pas compte de l’environnement. Par exemple en bordure de la route de Grandchamp on compte 37 arbres pour 170 plants soit 22% (dont seulement 8 chênes) alors que la haie ancienne de l’autre côté de la route compte 85 chênes pour un linéaire identique de 250 m.

  • Des espèces sur-représentées comme la bourdaine et le cornouiller.

Les principes de constitution d’une haie bocagère ne sont pas respectés, le nombre d’arbres est très insuffisant et les essences locales sont largement sous-représentées. La densité de plantation est également insuffisante (environ 1,40m entre plants) pour constituer correctement la strate arbustive.

Planter des haies est une bonne chose ; encore faut-il le faire dans le respect des règles pour permettre le développement d’une végétation diversifiée propice à la biodiversité et respectant les essences spontanées locales.

Nous demandons que le cahier des charges soit revu pour les futures plantations. Nous avons entendu parler d’un projet de « commission locale de la biodiversité » ; définir ce cahier des charges pourrait être une de ses premières tâches.

Ce contenu a été publié dans 11 2018 novembre, Environnement. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.