Aide à l’accès aux loisirs : améliorer l’utilisation des bons

Question diverse posée au Conseil Municipal du 22 février 2016

Isabelle Verdon avait demandé, lors du conseil municipal de Novembre 2014, si la mairie possédait un outil permettant d’interpréter la non-utilisation de l’aide à l’accès aux loisirs par un grand nombre de familles. Madame Talbot avait répondu en Février 2015 qu’elle trouvait plus opportun d’aller à la rencontre de ces personnes, que la municipalité cherchait des pistes pour voir comment échanger avec eux, que parmi les pistes envisagées, une stagiaire de BPJEPS travaillait sur la perception que les jeunes ont des services municipaux, tant en terme de connaissance de la diversité des services proposés que de leur fonctionnement. À cette occasion, elle a proposé d’inclure un volet de questions relatives à la non-utilisation des bons d’aides à l’accès aux loisirs.

Il a été indiqué en commission qu’un panel de familles a été constitué qui sera contacté par téléphone par une personne disposant d’une « grille des questions ».

  • cette personne est-elle la stagiaire BPJEPS citée par Mme Talbot en Février 2015 ? Si non qui est-elle et pourquoi la stagiaire n’a-t-elle pas effectué ce sondage ?
  • Pourquoi, alors que Mme Talbot, trouvait « plus opportun » en Février 2015 d’aller à la rencontre des familles, la municipalité décide-t-elle en Février 2016 de contacter ces familles par téléphone ?
  • A quelle période aura lieu de sondage téléphonique ? Sur quels créneaux horaires ?

D’autre part, Isabelle Verdon avait demandé qu’une étude de l’impact des effets de seuils soit menée pour vérifier si les familles sortaient du dispositif à cause d’une évolution très faible à la hausse de leur quotient familial. Qu’en est-il ?

Réponse de la municipalité :

En effet, il y a un an, avait été évoqué le fait qu’une stagiaire aurait pu faire ce sondage en allant à la rencontre des gens. Malheureusement, cela n’a pas pu se faire parce que son stage ne s’est pas passé comme prévu et cette mission n’a pu lui être confiée. Elle a été confiée à un agent de la Direction de l’Animation, qui connaît très bien ce dispositif puisqu’il a participé à sa création et qu’il maîtrise très bien son sujet. Cela va se faire par un contact téléphonique. Ce sondage a débuté mais il n’est, pour l’instant, pas encore terminé. Il s’effectue par des appels téléphoniques tout au long de la journée, également entre midi et 14h. Elle peut, également, les contacter après 19h pour avoir, peut-être, plus de possibilités en fin de journée. Comme cela a été indiqué en Commission Animation et Développement Educatif Local, ce sondage n’est pas une étude sociologique. Cela reste un premier sondage pour essayer de comprendre pourquoi les gens n’utilisent pas, ou partiellement, ces bons. Suite aux premiers résultats, à la grille qui sera réalisée – environ 60 familles vont être contactées – il sera possible de voir quelle suite donner à cette démarche.

Ce contenu a été publié dans Solidarité. Vous pouvez le mettre en favoris avec ce permalien.