Vidéo-surveillance : couteux, pas efficace et dangereux

Intervention de Noëlle Corno lors du Conseil Municipal du 24 septembre 2018

La délibération sur laquelle nous sommes appelés à nous prononcer ce soir est limitée dans son champ d’application, puisque qu’il ne s’agit que d’intégrer un groupement d’achat pour la mise en place éventuelle de caméras pour des bâtiments publics, sans traitement en temps réel des images. A noter quand même que la délibération ne précise pas si ces caméras auraient pour champ de captation la voie publique ou uniquement l’intérieur et les accès aux bâtiments.

Cependant, le contexte dans laquelle elle intervient nous conduit à nous exprimer de façon plus large sur la question de la vidéo-surveillance.

Continuer la lecture

Publié dans 09 2018 septembre, Démocratie | Laisser un commentaire

Budget 2019 : un rapport de présentation partiel et trompeur

Intervention de Katell Andromaque lors du Conseil Municipal du 21 décembre 2018

Une remarque sur les recettes liées aux droits de mutation : la majorité se félicite du dynamisme et de l’attractivité de notre commune. Le fort niveau des droits de mutation est en grande partie lié aux prix des logements. Si c’est une bonne nouvelle pour les finances de la ville, c’est une mauvaise nouvelle pour une partie de la population qui a des difficultés à s’installer ou à rester sur la commune.

Le Rapport de présentation du Budget Principal pour l’année 2019 présente un visage différent des années précédentes. Les dépenses de fonctionnement augmentent de 2,3 % contre en moyenne de 1,1 % pour les 3 années précédentes.

Continuer la lecture

Publié dans 12 2018 décembre, Budget - Finances | Laisser un commentaire

Accueils périscolaires : des situations de tension

Intervention de Katell Andromaque lors du Conseil Municipal du 21 décembre 2018

La délibération dont ce débat est l’objet a notamment pour vocation de modifier les modalités d’inscription et de désinscription aux services publics de l’accueil des enfants par la ville. Je tiens à souligner que la souplesse pour les parents reste importante par rapport à de nombreuses autres communes, même si elle diminue légèrement.

La dernière version du règlement datait de 2013. Elle ne faisait pas mention de la baisse du taux d’encadrement autorisée par la mise en place du PEDT. Pouvez-vous nous indiquer quelle a été l’évolution effective du taux d’encadrement sur les différents temps d’accueil (midi et périscolaires du matin et de l’après-midi) ? Pouvez-vous également expliquer quelles sont les mesures compensatoires qui justifient ou justifieraient une telle baisse ? A travers le règlement, la ville s’engage à avoir un taux d’encadrement de 1 animateur pour 14 enfants de 3 à 5 ans et 1 pour 18 de 6 à 11 ans. Cela est peu. Je voterai CONTRE la délibération concernant la modification de ce règlement.

Continuer la lecture

Publié dans 12 2018 décembre, Education Jeunesse | Laisser un commentaire

Accueil des populations « roms » : des terrains d’insertion prometteurs

Intervention de Katell Andromaque lors du Conseil Municipal du 21 décembre 2018

En Loire-Atlantique, près de 2000 personnes, dont de nombreux enfants, vivent dans des bidon-ville. Ce chiffre est à mettre en parallèle des 1 million 400 mille habitants du département. Les conditions de vie dans ces bidonvilles sont indignes, la santé des personnes précaires, la scolarisation des enfants difficiles.

Les personnes qui ont quitté la Roumanie ou la Bulgarie, des Européens donc, pour venir jusque dans les pays de l’Europe de l’Ouest fuyaient une situation de grande difficulté économique et de discrimination. La plupart d’entre eux choisissent d’autres pays que la France. En Espagne, par exemple, où ceux qu’on appelle les « roms » sont 5 fois plus nombreux qu’en France, il n’existe pas de « problème roms », notamment grâce à l’accès au logement.

En France, l’absence de réponse politique globale a conduit à l’émergence de bidonvilles. Chaque évacuation met en errance des dizaines de personnes, dont des bébés et des enfants, qui n’ont pas d’autres choix que de recréer un bidonville ailleurs. Il n’est pas rare que des gens soient expulsés plusieurs fois en une seule année. Les expulsions ne peuvent pas être une solution pérenne. Elles ne font qu’exacerber la question et créé des ruptures de scolarisation dramatique pour les enfants.

Une Maîtrise d’Oeuvre Urbaine et Sociale a été créé par Nantes Métropole. A Rezé, le remplacement de bibonvilles par des terrains aménagés et permettant une intervention sociale a été la conséquence d’une démarche d’élaboration qui mérite d’être saluée.

Les communes de l’agglomération qui n’accueillent pas de tels terrains sont appelées à contribuer financièrement à leur création et à leur maintien. Nous ne pouvons que le saluer. Notons que le montant de cette contribution est faible et qu’aujourd’hui seule une partie des personnes vivant en bidonville pourra bénéficier de cette solution transitoire vers l’intégration pleine et entière dans la société. Ce processus doit donc se développer dans les années à venir vers la résorption totale des bidonvilles.

Je voterai POUR cette délibération.

La Chapelle sur Erdre accueille quant à elle 2 familles. Cet accueil n’a aucun lien avec la Maîtrise d’Oeuvre Urbaine mais les personnes concernées ayant des histoires similaires, un lien peut être fait entre les deux sujets.

Le travail réalisé par le CCAS dans ce cadre est à saluer. L’intégration des plus jeunes dans la commune et la volonté des jeunes adultes d’intégrer des logements hors accueil d’urgence est prometteuse pour l’avenir. N’oublions pas que nous demandons à des gens d’atteindre une autonomie économique alors qu’ils font forcément face à de fortes discriminations face à l’emploi (c’est déjà compliqué pour des personnes sans particularité d’origine mais seulement des parcours de vie non lisses). Nous leur demandons également de renoncer à une partie de leur culture, notamment concernant l’habitat, adapté en France à des faibles tailles de foyer (des parents et quelques enfants au maximum) alors que ceux qu’on appelle les roms vivent de façon inter-générationnelle.

Alors oui, l’accueil a un coût, oui des pratiques peuvent choquer ceux qui n’y sont pas habitués et ne sont pas prêts à accepter ce qui leur est étranger. Mais c’est le prix d’une société apaisée, dans laquelle tout le monde a à gagner. Nous sommes une société riche, même si elle est bien trop inégalitaire. Nous avons le devoir humain de partager cette richesse.

Publié dans 12 2018 décembre, Solidarité | Laisser un commentaire

Réseau de chaleur à Mazaire : un projet important

Intervention de Katell Andromaque lors du Conseil Municipal du 21 décembre 2018

Etant donné la confusion qui a régné autour de cette délibération, qui n’a pas été présenté dans son intégralité en commission, je n’ai pas participé au vote.

Tout ce qui contribue à la réduction de consommation des énergies fossiles et à la réduction de la production de gaz à effet de serre est à priori positif.

Je souhaite profiter de cette délibération concernant un projet lié à la transition énergétique pour dire quelques mots sur le projet d’éolien sur la commune. Ce projet existe depuis 15 ans, l’entreprise VALOREM y a investi des moyens pour mesurer le potentiel de production, avec des résultats encourageants. Il a été bloqué essentiellement par un autre projet que vous avez soutenu. En effet, aucun opérateur n’aurait poussé les études jusqu’au dépôt de permis de construire tant que cette épée de Damoclès persistait. Des contraintes liées au radar météo de Treillières ont également été évoquées mais ne suffisaient pas à elles seules à bloquer le projet dl’éolien local. Maintenant que l’abandon du projet d’aéroport a levé les obstacles à un tel développement, pouvez-vous nous dire si vous avez l’intention de réactiver ce projet ?

Revenons à la chaufferie bois.

Il n’est pas inutile de rappeler que brûler du bois rejette du CO2, gaz à effet de serre, avec en prime des particules fines. Il ne faut donc pas s’étonner que des riverains et des parents d’élèves se soient mobilisés contre ces équipements, notamment à Rezé, ce qui ne manquera pas d’arriver à la Chapelle.

Une chaufferie bois peut être une solution qualifiée d’énergie renouvelable à certaines conditions :

  • Tout d’abord que la ressource en bois soit d’origine la plus locale possible et s’inscrive dans un processus de production dans lequel les masses produites soient toujours au moins égales à celles qui sont consommées. Sur ce sujet rien n’est réellement fait à l’échelle de Nantes-Métropole, voire du département.

  • Que la part du bois représente l’essentiel de la source d’énergie et que la consommation de gaz soit la plus faible techniquement possible.

  • Que les distances entre le lieu de production de chaleur et la consommation soient les plus courtes possibles. Sur ce plan le site de Mazaire présente des qualités réelles.

  • Que les équipements techniques garantissent au maximum la réduction des rejets de particules fines dans l’atmosphère.

La gestion de cette chaufferie sera confiée dans un premier temps à une entreprise privée. Vous engagez vous à ce que l’origine du bois soit un point majeur de l’appel d’offre ?

Je tiens à préciser que quand je parle d’ « origine du bois », je parle bien de l’endroit où il a poussé et non pas la localisation du siège social ou des entrepôts des prestataires. Pour Rezé, l’entreprise est située en Mayenne mais aucune donnée sur les origines des bois ne sont disponibles.

Autre remarque, la mutualisation des services au niveau de la métropole est à la mode. Si il est effectivement compliqué d’imaginer une régie chapelaine pour la gestion de cette équipement, la multiplication des chaufferies dans l’agglomération rend cela possible à l’échelle métropolitaine. Pouvez-vous porter cette demande auprès de Nantes-Métropole et faire en sorte que le contrat de gestion privée puisse être rompu dès que la régie publique sera prête ?

Une dernière demande : nous souhaitons vivement que le contrat de sous-traitance soit soumis formellement au Conseil Municipal. Merci de me confirmer que ce sera le cas.

Nous avons des réserves concernant la future gestion de cet équipement, mais cela reste un projet important de transition énergétique.

Publié dans 12 2018 décembre, Environnement, Services publics | Laisser un commentaire